Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Je parlais lors du dernier article de changements de groupe pour des jeunes qui n'étaient pas judicieux, tout du moins à mon sens. Je radote peut-être (c'est l'âge ou peut-être alzheimer qui me guète), il me semble en avoir un peu parlé précédemment sur un article posté il y a une paire de semaines mais nous ne réfléchissons pas au sein de la maison d'enfants. Enfin si, une réflexion est amenée mais dans une logique financière et non en fonction du projet du jeune. La logique ou plutôt la question financière n'est en aucun cas à occulter dans le bon fonctionnement de toutes structures, une association, une municipalité, un département ou bien une entreprise. Puis la gestion économique ou financière, c'est sympathique comme raison mais pas avec moi. J'ai eu un commerce ou bien encore l'exemple de mes parents qui ne se sont pas payés pendant plusieurs mois pour payer toutes les charges dans leur entreprise leur incombant mais surtout afin d'éviter tout licenciement de leur employés.
Cependant, il ne faut pas se cacher derrière cette excuse notamment lorsqu'on travaille avec de l'humain. Des économies sont réalisables sur plusieurs postes de dépenses au sein de la maison d'enfants. L'exemple sur mon groupe (un parmi tant d'autres) des douches, cela fait 3 ans que je travaille sur la même villa et les douches ont été refaites 4 fois, la cinquième étant en cours. À chaque fois la même réponse, le budget pour la réalisation des travaux. Je veux bien l'entendre mais je vous dis aussi honnêtement que cela m'enquiquine (ça m'emmerde) de voir mes impôts passés pour la cinquième fois en 3 années dans ces douches car les 4 premières fois par faute de finances exsangues, les matériaux et entreprises pour la réfection n'étaient pas chers. Si on accumule le coût total des 5 chantiers, on se retrouve avec une jolie petite somme dépensée n'ayons pas peur des mots dans le vide, jetée par les fenêtres (attention de ne pas jeter le bébé avec l'eau du bain).
Alors forcément lorsqu'un cadre me parle économie, mon histoire de douche réapparaît dans mon argumentation et le ton devient différent en ce qui concerne mon interlocuteur. La réflexion sur les accueils et mouvements de jeunes sur les groupes de la mecs devraient être faites (à mon sens) par rapport aux projets des jeunes. Ces derniers sont "indispensables à faire" pour être dans les clous de la loi d'accord mais concrètement hormis le côté légal, est-ce qu'il nous sert comme réelle base de travail ? Pour moi c'est non car si c'était le cas, nous penserions différemment lors des constitutions de groupe et ne changerions pas des jeunes "posés" (disons qu'on arrive à les gérer sur le groupe) de groupe. Au bout d'un mois, ils sont voués à faire ce qu'ils "veulent" car se retrouvant avec des plus grands, ils ne respectent pas ou plus forcément les règles pour amuser la galerie, se faire accepter et se fondre dans son nouveau collectif afin de trouver voire de gagner sa place à l'intérieur de celui-ci. Tout ceci peut provenir d'un sentiment d'appartenance ou bien d'intégration (même si les jeunes se côtoient entre les différentes villas), en soi somme toute logique à mon sens sauf que le rôle de l'équipe pluri professionnel est également de penser aux conséquences d'un changement par rapport au projet et au futur des jeunes. Je pense notamment à 2 "passages" pour lesquels j'étais farouchement opposé qui se sont produits pendant ma formation. Avec ces passages chez les "grands", on était pas loin de la catastrophe à savoir que les jeunes ne puissent pas effectuer le retour au domicile en fin d'été (très grande ligne de leurs projets) comme cela était prévu et travaillé avec eux ainsi que les familles. Enfin pour ces deux situations, nous ne sommes pas passés loin de la correctionnelle mais ceci va t'il nous servir de leçon...Je n'en suis pas si certain que cela...