Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Finies les vacances, retour au boulot. La veilleuse de nuit m'annonce qu'il me faut réveiller une jeune car elle a une visite médiatisée à 10h, qu'une collègue doit venir pour assurer le transport et la visite. Dont acte. 9h40 toujours personne, j'appelle le cadre présent sur la structure pour savoir s'il a des informations sur qui faisait l'accompagnement, bien sûr il n'en pas plus que moi étant donné qu'il revenait lui aussi de congés. Il ne savait pas quoi faire donc je lui ai soumis une idée "viens sur le groupe en attendant que mon collègue de 10h arrive et je l'accompagne à la visite", réponse "bonne idée surtout que le père est très procédurié et très colérique". J'arrive dans les locaux des services sociaux où forcément nous sommes attendus par l'éducatrice de l'aide sociale à l'enfance, la petite sœur de la demoiselle et son frère n'est pas là car la famille d'accueil l'accueillant a zappé la visite. Le père tout content de retrouver sa fille fait abstraction des 20 minutes de retards. Une chance car son droit de visite est d'une heure par mois. A la fin de la "séance", il dit à sa fille de "ne pas écouter tout ce qu'on lui dit sur son père", sa fille acquiesçant en hochant de la tête. Sur le retour, la jeune fille me sort "je pense que papa n'a pas pris son traitement ce matin, il délirait un peu, je le lui ai dit", donc maintenant ce sont les enfants qui font la régulation des parents, ok.
L'après-midi, les jeunes ne veulent "pas bouger" mais "faire des gâteaux". Nous avons donc fait 2 gâteaux, un à la banane et l'autre aux pommes (des fruits très mûrs traînaient donc autant les incorporer aux gâteaux).
La journée de reprise fut très calme, cela se voyait qu'il n'y avait qu'un garçon et 5 filles présents sur le groupe.